Un logo pour identifier les différents masques « grand public »

Si le terme de « logo » est ici un abus de langage, on le classe volontiers dans les nouvelles marques tout de même pour en faire un écho plus large. Ce nouveau label créé par le Ministère de l’économie se présente sous une dizaine de déclinaisons dans le but de simplifier la lecture de la nouvelle famille de masques à usage non sanitaire « grand public ».

À propos du label

Pour identifier la durée de vie et l’usage possible des masques grand public, le fabricant va devoir apposer ce système de labels et incorporer une notice type détaillée. Avant de pouvoir procéder à la mise sur le marché, il devra « faire réaliser des essais, sous sa responsabilité, conduits par un tiers compétent, démontrant les performances de ses masques au regard des spécifications de l’État ». Il doit pouvoir présenter les résultats des essais aux services de contrôle qui en feraient la demande.

L’objectif de l’état est de faire adopter de nouveaux réflexes sanitaires pour porter et entretenir son masque dans des conditions de sécurité optimales. Ce ‘logo’ vient finalement compléter l’attirail pédagogique du gouvernement qui avait été quelque peu moqué lorsque Sibeth Ndiaye, porte parole, avait déclaré ne pas savoir se servir d’un masque.

Le projet

Les différents masques en tissus n’ont pas la même durée de vie. La notice (dont voici un specimen) indique que par exemple, un masque lavable 20 fois est utilisable 21 fois. Il est à rappeler qu’il faut changer son masque toutes les 4 heures. Toutes ces informations et les nouveaux signes sont d’ores-et déjà visibles sur les masques rendus disponibles à la vente en pharmacie depuis le 27 avril.

Cette labellisation atteste de 2 informations clés :

  • la certification d’une filtration contrôlée par l’état (évitant ainsi les faux et arnaques. Vous pouvez vérifier la délivrance de l’attestation des résultats grâce à la liste disponible à cette adresse : https://www.entreprises.gouv.fr/covid-19/liste-des-tests-masques-de-protection
  • le nombre de lavages possibles (qui fluctue de 5 à 30) avant que le masque ne perde son rôle de protection.

L’exceptionnelle mobilisation de l’industrie textile française a déjà permis la production de plus de 41 millions de masques grand public depuis le 30 mars. Avec la montée en cadence rapide de la production et l’accroissement des volumes importés, ce seront plus de 26 millions de « masques grand public », pour la plupart réutilisables 20 fois, qui seront rendus disponibles chaque semaine à partir de fin avril. Ce sont désormais 242 entreprises dont les prototypes de « masques grand public » ont été testés et qualifiés pour leurs propriétés filtrantes et respirantes.

Communiqué du Ministère de l’Économie

Quitte à parler de ‘logo’, ce label n’est pas sans rappeler quelques autres marques qui jouent avec la cocarde et les couleurs pour signifier leur origine. Ce n’est pas anodin puisque ce choix favorise l’identification de l’action gouvernementale dont je vous parlais il y a quelques jours ici même. On déplorera tout de même le besoin de lire en détail le logo, qui aurait pu afficher le nombre de lavages de façon plus ostensible. À contrario, cela a le mérite de ne pas diriger les foules vers les masques les plus performants, mais plutôt de chercher avant tout, un masque certifié.

Commentaires