Le Groupe Carrefour importe son enseigne Supeco en France

Les spécialistes du secteur l’annoncent pour septembre, Carrefour va bientôt ajouter à son portefeuille français la marque Supeco. Enseigne existante à l’étranger, notamment en Espagne, en Roumanie, en Pologne et en Italie, elle mêle supermarché traditionnel et « cash & carry » à l’instar de ce que propose Metro pour les professionnels.

À propos de Supeco

Supeco est un enseigne européenne du Groupe Carrefour. Née en Espagne en 2012 au plus fort de la crise, elle s’est positionnée comme une référence du commerce à bas coûts. Elle y compte d’ailleurs 23 magasins et s’est étendue ensuite en Roumanie avec 15 points de vente, 2 en Pologne et un en Italie. Le concept tourne autour du commerce de gros, en libre service et à prix réduits. Ce n’est pas sans rappeler un certain Metro, à la différence près que Supeco est ouvert aux particuliers comme aux professionnels.

Le projet

C’est sur son blog de référence retail qu’Olivier Dauvers a vendu la mèche, Carrefour prépare activement l’ouverture des 2 premiers magasins Supeco français dans le Nord. Ils se situeront à Valenciennes et Onnaing. Il nous livre d’ailleurs quelques photos des points de vente encore en chantier, la recette a l’air de rester la même qu’à l’étranger : un entrepôt de la taille d’un supermarché où les produits seront présentés en cartons et à même les palettes. On peut acheter à l’unité, mais aussi en grande quantité avec un prix dégressif

Question branding, dans sa version originale, Supeco vient tout simplement de « Es super, es economico, es supereconomico. » L’enseigne propose en effet un petit assortiment de 2 500 références sur une surface plutôt réduite (1500 à 2000 m²), permettant de tirer les prix au plus bas. Le logo représente une tirelire, rien de bien trop élaboré. Au passage on notera la typographie utilisée, la « Omnes », pilier de la charte graphique de Carrefour ! Néanmoins, le logo présenté en façade des magasins en préparation semble légèrement différent de celui utilisé dans les autres pays, ce qui laisse présager que le concept bénéficiera d’un bon coup de polish avant de s’adresser au public français.

En terme de positionnement, ces magasins « cash & carry » se placent dans le volet le plus économique des points de vente de la galaxie Carrefour. Le tout, présenté dans une atmosphère entrepôt : sol en béton, stockage en hauteur, produits massés sur des racks demande un investissement de départ assez faible et des coûts d’exploitation plus réduits que ceux nécessaires pour un supermarché classique. D’ailleurs, les magasins de Valenciennes et d’Onnaing qui sont en cours de transformation portaient jusqu’alors l’enseigne Carrefour Market. Ce nouveau segment dans l’offre du groupe permettrait d’après Olivier « de transformer les Market en situation économique et commerciale difficile ».

Opinion

Plutôt intéressant de la part de Carrefour de lancer une nouvelle entité dans son univers déjà très décliné. Mais très intelligent d’importer un nouveau nom et un nouveau concept. La bonne idée ici réside dans ce nouveau nom, qui ne mise pas sur l’omnicanarité du groupe, mais plutôt sur la promesse, et rien que la promesse. Le style graphique ne me choque pas outre mesure, excepté peut-être pour sa ressemblance avec les débuts de Lidl, et d’Electro Dépôt.

La parole est à vous ! Que pensez-vous de cette nouvelle marque Supeco ?

Commentaires